Pourquoi le SaaS n’est pas pour tout le monde ?

  • Home
  • Cloud
  • Pourquoi le SaaS n’est pas pour tout le monde ?

Le SaaS, Software as a Service, approche relativement récente d’utilisation de logiciels à destination de différents métiers, permet de vous apporter directement une application sans infrastructure locale. De plus en plus déployés dans les entreprises, ces nouveaux outils ont révolutionné le mode de consommation des SI. Mais posons-nous la question : sont-ils adaptés à tout le monde, et surtout, permettent-ils réellement d’améliorer le business ?

Le SaaS, comment savoir si c’est pour moi ?

Lorsque des besoins émanent du business, il est important de pouvoir y répondre rapidement et de manière efficace. Que ce soit ponctuel ou pour une durée indéterminée : le temps de mise en oeuvre d’un logiciel SaaS est de l’ordre d’une journée. De son côté, un applicatif métier installé en local va prendre souvent plusieurs mois voire davantage…

Plusieurs critères peuvent motiver à se tourner vers une application métier SaaS pour vos collaborateurs :

  • Éclatement géographique de la société et / ou fort besoin de mobilité
  • Le processus métier concerné est standard ou nécessite de l’être
  • Interopérabilité des fonctions avec le SI
  • Optimisation du SI

Ces critères soulèvent aussi les questions de la compatibilité des usages cloud avec l’utilisation de machines de production, ou la manipulation de données sensibles. De ce fait, il est important de se faire conseiller et accompagner dans cette démarche de transition.

Les limites d’utilisation

Nous pouvons nous attendre bien entendu à certains cas de figures où les applications SaaS ne sont pas adaptées. En effet, certaines activités d’entreprise peuvent nécessiter des paramètres spécifiques d’exécution. Son utilisation peut donc être remise en question sur différents points, notamment :

  • Le niveau de confidentialité
  • L’exigence d’intégrité de la donnée
  • Le niveau de traçabilité des actions
  • La performance et puissance de calcul souhaitée

Par exemple, dans le cas d’une activité scientifiques nécessitant une puissance de calculs importante, il pourrait être pertinent de s’orienter vers des solutions d’IaaS pour adapter la puissance allouée. Lorsqu’il s’agit d’obtenir une exigence de traçabilité « Sarbanes-Oxley Act » par exemple, il sera nécessaire de savoir si l’application SaaS y est conforme.

Voir aussi : POURQUOI LE SCHÉMA HABITUEL D’EXPLICATION DU MODÈLE « AS A SERVICE » EST-IL TROMPEUR ?

Les gains attendus 

Le SaaS est une évolution sûre vers laquelle la plupart des SI tend. En voici certaines raisons qui profiteront sans doute aux sociétés :

  • La flexibilité des engagements d’utilisation à mesure de l’avancée de l’entreprise
  • Le coût total de possession du logiciel amoindri
  • Le déploiement plus rapide et efficace
  • Les dépenses connues à l’avance qui permettent un meilleur ROI et une visibilité

L’acquisition de logiciel par une approche SaaS fait rupture par rapport aux choix conventionnels. L’agilité offerte par ce mode de mise en oeuvre permettra aussi d’optimiser les coûts du SI grâce à sa maîtrise budgétaire.

Plusieurs enquêtes existent sur le possible ROI de l’adoption d’outil SaaS au sein d’une entreprise. Forrester a été mandaté sur les outils de la suite logicielle Office 365 de Microsoft en 2015, on y trouvera les résultats en suivant ce lien (ressource en anglais).

En conclusion : si l’utilisation de logiciel SaaS peut être discutée sur certains composants du SI, il reste un atout majeur pour sa standardisation et son temps de déploiement.

Cependant, il est primordiale rester vigilant quant aux promesses des éditeurs sur la sécurité et le respect des bonnes pratiques de son implémentation. Comme l’ensemble de vos fournisseurs, nous ne saurions trop recommander d’effectuer les contrôles ou audits d’usage, surtout pour vos applications critiques.

Tags:
Laisser un commentaire